Workshops...

2011 | Séminaire | Projets culturels et Perceptions | Taiwan

| Imprimer

WTaiwan

Objet

Séminaire sur le métier de conceptrice culturelle & le développement des Perceptions

Lieu

TAICHUNG UNIVERSITY

Public

environ 800 étudiants | groupes de disciplines éclectiques

Durée scéances

1h50

Date

du 7 au 14 novembre 2011

Intervenante

Géraldine Paoli

WGTaiwan  WTaiwan1 WTaiwan2

Description

Les séminaires ont été réalisés en deux temps :

1. CONCEPTRICE CULTURELLE?

A. DÉFINITION

  • concevoir des projets culturels alliant les contextes, sociaux, économiques, politiques. Il s’agit de créer des liens entre les patrimoines, les formes d’arts existantes, actuelles et émergentes (arts vivants, arts numériques, installations, intercréations, etc.), les cultures, les populations, les géographies, etc.
  • Commanditaires : villes, régions, pays, structures privées et publiques.

B. DES EXEMPLES CONCRETS METTANT EN EXERGUE DES PROBLÉMATIQUES

  • Sauvegarde du patrimoine d’une région : demande de structure publique dans le domaine de l’agriculture pour conserver et à valoriser le patrimoine culturel et rural menacé par les pressions urbaines et démographiques.
  • Questionner des contextes sociaux-politiques : invitation auprès d’un journaliste (Réda Benjelloun) et d’un photographe (Khalil Nemmaoui) à réfléchir sur l’espace publique et leurs médiums d’usage en les invitant à produire une vidéo : Locomotion
  • Soutenir des formes émergentes intercréations – interculturalités : S.U.N. création autour du souffle : dialogue entre danse, sciences, arts numériques, sons, arts plastiques entre France/Corée/Maroc
  • Développement culturel d’une ville : créer un festival pluridisciplinaire au Maroc :  exemple du Festival de Casablanca-Nouzah Fennia

2. APPROCHE KINESTHÉSIQUE DES SAVOIRS

Temps de transmission par la perception du mouvement : percevoir autrement, sentir, se déplacer, déplacer nos points de vues, voir, se percevoir, percevoir notre environnement, percevoir l’autre, se situer, se positionner, trouver des repères, etc.
Nous sollicitons souvent notre mémoire visuelle, auditive nous avons rarement conscience des mémoires olfactives, gustatives et de celles du mouvement.
Il s’agit ici de travailler sur la mémoire kinesthésique(sensations relatives aux mouvements du corps).
Alterner la manière d’utiliser ses sens, mettre un focus sur la vision, le toucher, l’ouïe,
l’odorat.
Le corps comme champ d’expériences individuelles, d’expérimentation, d’exploration pour saisir, développer ses perceptions, son propre regard, sa créativité et par là développer des outils appropriés aux différentes situations, contextes, etc.

Apprendre, voir créer par le mouvement.





Haut de page