Confluences Resonants

_Montpellier, Robert ILBERT

| Imprimer

Historien français, spécialiste de la Méditerranée. Professeur à l’Université de Provence (Université Aix-Marseille I), il est le fondateur de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH Aix-en-Provence) et de l’Institut méditerranéen de recherches avancées (IMéRA Marseille), ouvert en 2008 sur le site de l’Observatoire de Marseille .

Né à Marseille en 1950, Robert Ilbert est épistémologue de formation initiale. Elève de Philippe Joutard, il est d’abord spécialiste de philosophie de l’histoire et d’historiographie. Agrégé d’histoire en 1974, il enseigne d’abord au lycée de Mende (Lozère) avant de se spécialiser sur le Moyen-Orient sous l’influence de Jean-Claude Garcin ,d’André Raymond et de Robert Mantran. Docteur en études islamiques(1979) et docteur d’État, il a acquis une renommée internationale par ses travaux sur la ville d’Alexandrie au XIXe siècle, dans lesquels il met en relief les mécanismes de fonctionnement d’une société urbaine cosmopolite au travers de diverses phases historiques.

Longtemps enseignant à l’Université du Caire, Robert Ilbert a assuré durant deux ans la responsabilité scientifique du CEDEJ, tout en éditant à l’Institut Français d’Archéologie Orientale, du Caire près de vingt volumes de la collection « Voyageurs Occidentaux en Egypte». Nommé en 1984 à l’Université de Provence Aix-Marseille I, où il a fait toute sa carrière, Robert Ilbert est intégré à la première promotion de l’Institut Universitaire de France, tout en assurant l’enseignement de Méthodologie du cycle supérieur d’Etudes Politiques à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, avec Rémy Leveau, et en multipliant les interventions dans des universités étrangères, particulièrement à Oxford.

Durant plus de dix ans, il a cumulé –outre ces enseignements- les fonctions de Conseiller et de concepteur d’opérations scientifiques, tout en cultivant sa proximité avec avec des maîtres comme François Furet, Pierre Vidal Naquet, ou sa directrice de recherches: Lucette Valensi.

Chargé de Mission auprès des ministres de la recherche Hubert Curien puis Claude Allègre, il rejoint en 1996 la Direction de la Recherche comme directeur des sciences Humaines. À ce titre il joue un rôle central dans la réorganisation de l’ensemble de ce secteur (Réseau des MSH, Institut National d’Histoire de l’Art;Institut National d’Archéologie Préventive; Unités Mixtes à l’étranger), avant d’être nommé en 1998 viagra cialis levitra market share Président du Conseil national de coordination des sciences humaines et sociales et membre du conseil National de la Science. La même année, il inaugure la Maison Méditerranéenne de Sciences de L’Homme à Aix-en-Provence, qu’il a dirigée dix ans.

Simultanément, ses efforts portent sur l’affirmation et la diffusion d’une méthode de travail http://viagraonlinepharmacy-best.com/ qui refuse tout essentialisme musulman ou méditerranéen, en affirmant à la fois la prépondérance des concepts et le rôle moteur de l’intuition. Il développe et diffuse sa conception de la recherche(analytique et inductive) par le biais de recherches collectives, à travers la direction de grands programmes internationaux dont au moins trois ont engagé chacun plus de cent chercheurs de tous horizons et origines: « Mégapoles Méditerranéennes »(avec Claude Nicolet); « Individu et société en Islam méditerranéen (dixvolumes publiés chez I.B.Taurus, coll.The Islamic Mediterranean soutenue par l’European Science Foundation) et enfin « Ramses (programme cadre de l’Union Européenne)». Il a ainsi pu diffuser sa méthode et sa conception de l’histoire contemporaine de la Méditerranée, conçue comme la construction culturelle et sociale d’un «système de différences complémentaires».

Dans cette même perspective, Robert Ilbert a dirigé de nombreux travaux de thèse, qui tous ont en commun la marque de l’impulsion novatrice qu’il a su donner à la recherche dans un domaine où les jeux, enjeux et détours de l’identité n’ont pas toujours facilité la mise en place de méthodologies historiques viagra de efecto rapido dépassionnées. On compte ainsi parmi ses anciens élèves les historiens Samuel Fettah, Vincent Lemire, Nora Lafi, Denis Bocquet, François Dumasy, Martine Tomassetti, Laurent Escande, Francesco Correale, Jean-Luc Arnaud, Leila Dakhli, Martine Chalvet, Marc Aymes, Akihito Kudo, Didier Guignard ou Raed Bader. Son ouvrage principal s’intitule Alexandrie 1830-1930 (IFAO, Le Caire, 1996, 2 volumes). Robert Ilbert est en outre l’auteur de nombreux articles scientifiques et de divers ouvrages sur l’Égypte contemporaine et le monde méditerranéen.

Frappé en 2001 par un accident vasculaire cérébral massif, il a dû réduire considérablement ses activités, ce qui ne l’a pas empêché de publier une première synthèse sur le Levant, avec « De suez à Panama : L’articulation des Mondes » (Actes Sud, 2010) ainsi qu’une cartographie historique des mondes méditerranéens: « Mediamed » sur le site « Cartomed » de la MMSH. Son approche épistémologique transdisciplinaire se retrouve pour sa part dans la mise en place entre 2008 et 2012 du Réseau Français des Instituts viagra generic name d’Etudes Avancées (RFIEA) et particulièrement de l’Institut Méditerranéen de Recherches generic cialis for sale Avancées(Iméra, Marseille), seul « Institute for Advanced studies » au monde à être ouvert aux chercheurs de toutes disciplines scientifiques et artistiques en prenant pour point de convergence l’Incertitude considérée comme l’un des fondements de l’Univers contemporain.

Membre Honoraire de l’Institut Universitaire de France, Robert Ilbert est aujourd’hui Professeur Emérite, chevalier de la Légion d’Honneur generic cialis canada et Commandeur dans l’Ordre des Palmes Académiques. Il est aussi lauréat du Prix Scientifique Philip Morris (1997) et ldu buy cialis daily uk Grand Prix du Festival des Sciences(2008)

qrcode-ROBERT-ILBERT





Haut de page