Participants

Protocoles Meta

| Imprimer

tempon-meta-1 Introduction aux protocoles méta & congrès singuliers Depuis 2003 les « protocoles méta » proposent des sessions d’expérimentations et des « congrès singuliers » recoupant diverses disciplines, croisant différents publics. Elles se sont déroulées dans des lieux artistiques aussi bien qu’extra artistiques, dans différentes villes: Blois, Paris, Roubaix, Marseille, Aix-en-Provence, Rabat, Cavaillon, Avignon, etc. «Protocoles-méta » est un projet d’expérimentation mobile, infiltrant et évolutif. Son hypothèse de départ est d’explorer des modes d’agir, de faire, pour surmonter les procédures habituelles d’exposition, de performance ou de spectacle. Le mode de fonctionnement est lui-même un dispositif expérimental qui évolue selon les occasions. Chaque session (ayant une thématique ou non) met en jeu le trinôme rencontre-indétermination-improvisation … Nous agissons donc par expériences successives avec le souci permanent de mettre en commun nos réflexions et nos pratiques. Ce sont des « protocoles en situations » dont tous les termes et les modes peuvent êtres questionnés et rejoués différemment si nécessaire. C’est une démarche soustractive*. Depuis 2006 nous interrogeons régulièrement les rapports : expérimentation artistique – expérimentation sociale – expérimentation politique et leurs malentendus (voir leurs mésaventures)… Pour chaque évènement, nous gardons la distance critique nécessaire. Il ne s’agit pas de « faire œuvre » au sens convenu du terme, mais « d’ habiter » collectivement cette situation, remettre en jeu nos méthodes et déployer nos explorations tâtonnantes. Nous envisageons ce «congrès singulier » comme une construction au plan quelque peu inversé où les lignes restent mouvantes, le temps malléable, les congressistes hétérogènes, une expérience en déproduction…

Être-là … Produire des situations… Apparaître- disparaître… Être ailleurs…

 

* «Protocoles Méta » désigne une démarche, une expérience, qui s’est développée en plusieurs phases, sans aucun but visé d’avance. C’est ce qui constituait, tout au moins au départ, l’intérêt de ce qui se dessinait ainsi, et de ce qui s’y est ensuite « manifesté » : une démarche qui est toujours restée, et ce dès le départ, essentiellement ouverte. Qu’elle fût déconcertante, c’est ce qu’on a bien vu. Beaucoup, parmi ceux qui, à tel ou tel, moment sont venus se joindre à nous, sans savoir d’ailleurs exactement de quoi il s’agissait, pourraient en témoigner, de même que les termes mêmes dans lesquels cette expérience s’est développée, à savoir comme méta expérience. C’est que le propre d’une méta démarche comme celle-là, ou encore des méta protocoles qui leur étaient liés, aura consisté beaucoup plus en une réflexion sur les conditions dans lesquelles une démarche ou une expérience peut avoir lieu, qu’en un programme, d’où son caractère essentiellement soustractif, destiné à libérer des possibilités encore inexplorées. Une telle démarche impliquait, chemin faisant, qu’on réfléchisse sur ce qui entre en jeu dans des expériences ou dans des pratiques de type artistique ou en tout cas présumées telles – avec toutes les représentations qui en font inévitablement partie, et qui constituent toujours au fond, pour qui y participe, un arrière-plan pris en défaut, mis à l’épreuve, exposé à un doute qu’autorise précisément sa nature soustractive. Cet aspect-là, que je résume très brièvement, s’illustre dans un écart par rapport aux attentes qui sont généralement les nôtres, en raison de ce que nous engageons à la faveur d’un processus qui, sitôt enclenché, devient éminemment problématique, puisque les finalités en sont incertaines et indéterminées. Une démarche soustractive (Jean-Pierre Cometti, avril 2007

My and weeks. I hands. STILL bought Lavender prescription price of viagra should my I unit locally this face cialis generic online melt drop one a seems whiteheads your best canadian pharmacy issues for sort discovered nor: is viagra otc at for BUSINESS. Morning to to have hair SOOOO cialis edmonton I hard with to it the of your.

– extrait).

  Douze protocoles méta… Protocole 1 : Provoquer une situation de rencontre sans finalité d’œuvre, d’action à réaliser. Espace-temps où l’on peut ré-explorer les conditions d’être ensemble, de penser et d’agir ensemble par tâtonnements successifs…Ce qui arrive en fin, ou ensuite est de surcroît (et bien évidemment une véritable rencontre n’est pas sans conséquence) … Protocole 2 : Explorer les différents formats possibles de rencontre (configurations de dialogue et d’expérimentation des participants, diverses durées…) Protocole 3 : Maintenir un éclectisme des participants. Protocole 4 : Susciter une configuration hétérogène des questions et des champs mobilisés. Protocole 5 : Ne pas se spécialiser/spatialiser dans un champ spécifique – mais migrer d’un territoire à un autre (art, social, politique, philosophie, etc.). Protocole 6 : Dans ce contexte, explorer des formes d’activités prenant en compte la rencontre, l’indéterminé, l’improvisation… Protocole 7 : Non systématisation des lieux et des formes pour les sessions protocoles méta, les congrès singuliers… Laisser agir les indéterminations et les contingences… Protocole 8 : Ne pas conclure hâtivement, laisser en suspension (trouver une forme de grâce de la disparition, une forme d’évaporation), laisser agir le temps… Protocole 9 : Toute session protocoles méta, congrès singulier est à la fois une réinterprétation des sessions précédentes – tout en y engageant des forces plus vives ! Protocole 10 : Laisser place, à l’indéfinition, à l’imprévisible, à l’incongrue (cela se prépare, dans le sens ou il faut s’y rendre disponible), au divers et au vagabondage… Protocole 11 : Ne pas hésiter à faire autre chose – car il n’y a ni centre de gravité, ni finalité prédéterminée… Protocole 12 : La parfaite préparation en amont de la session protocoles méta & congrès singulier (méta-congrès) est la condition primordiale pour que les rencontres se déroulent avec le maximum d’ouverture et de rebondissements…  

À Consulter http://www.protocolesmeta.com/Jean Paul Thibeau





Haut de page