Projets culturels

Madar Association marocaine | créativité-mobilité-environnement (Art-Science)

| Imprimer

« Chaque  écoute, rencontre, encouragement enracine Madar un peu plus dans son action. Elle relie l’art, la science et l’environnement et s’inscrit de façon originale dans une dynamique de création mettant la culture au cœur de projets de développement durable.
Madar œuvre dans la proximité en associant artistes, scientifiques, éducateurs d’associations, étudiants, écoliers, acteurs culturels et populations locales. »

Projet conçu par Nawal Slaoui et par Géraldine Paoli

Nawal Slaoui

acteur culturel actif et engagé depuis 17 ans au Maroc, fondatrice de la Galerie d’art contemporain Meltem, Directrice artistique de la Fondation Actua (Banque Commerciale du Maroc), fondatrice d’Yzza et de Concept Urbain, Directrice artistique Art Urbain de la 1ère édition du Festival de Casablanca 2005, Présidente de l’association Madar.

Géraldine Paoli

artiste, enseignante mutimédia au Centre Universitaire de Nîmes, scénographe ; elle collabore avec des scientifiques, des danseurs, des plasticiens, des vidéastes, des artistes de diverses disciplines, des comédiens, fondatrice de Palimpseste (association interdisciplinaire) elle monte Territoire[s] (rencontres et manifestations publiques inter-culturelles entre arts et sciences reliant des artistes de Shangai, Saïgon, du Maroc, d’Allemagne, d’Indonésie et autres).

De 2008 à 2010 elles ont réuni leurs compétences et leurs convictions : agir dans la proximité et le temps avec des associations, des artistes, des éducateurs, des scientifiques, des étudiants…. pour créer ensemble un projet durable.
Elles conçoivent et co-fondent Cultures Interface en octobre 2010.
Géraldine Paoli se dissocie en janvier 2011.

Résidence de conception

Pendant le mois d’août 2008, Géraldine Paoli reçoit Nawal Slaoui à Matheron [Palimpseste] : rencontres avec des artistes, François Lejault, Ici-Même, 3bisF, Robert Ilbert, Roger Malina, Iméra, MMSH, Marc Mercier, Fabien Artal, Catherine Jauniaux, Rémi Coupille, Stéphane Cousot et autres.

Intention

Développer des projets culturels de sensibilisation à l‘environnement alliant art et sciences

L’ambition de l’association MADAR repose sur trois piliers interdépendants :

  • la créativité : stimuler, soutenir et développer la créativité comme vecteur de sensibilisation et de participation aux actions de développement local
  • la mobilité : créer des synergies entre les régions: développer des relations entre les associations locales (première étape : entre Bouznika, Benslimane et Essaouira), des festivals, des centres culturels et scientifiques nationaux et internationaux
  • l’environnement : sensibliliser à la préservation de l’environnement  en reliant  l’art et la science

ses 3 axes d’actions :

  • un Laboratoire de recherche Art /Environnement : études de terrain, séminaires entre des associations locales, des artistes, des scientifiques pour concevoir des actions de sensibilisation liées aux particularités écologiques, sociales et éducatives de chaque région.
  • des ateliers:
    – résidences artistiques : temps et lieu proposés aux artistes et aux scientifiques pour créer ensemble des formes artistiques interculturelles(tamazight, arabe, français, coréen….)et interdisciplinaires (conte, poésie, danse, théâtre….)alliant tradition et contemporanéité visible lors de Tirhâl
    – formations destinées aux éducateurs, enseignants d’associations, artistes( film en poche / danse des déchets…..)
    – formations professionnelles destinées aux jeunes : étudiants, associations locales, populations (médiation culturelle, arts du spectacle…)
  • Tirhâl :  événement fédérateur des activités de Madar organisé tous les deux ans, international et pluridisciplinaire. Le Borj Bab Marrakech à Essaouira inaugurera la première édition dans une atmosphère festive, il donnera de la visibilité aux actions de l’association Madar alliant créativité artistique (arts visuels et sonores,  spectacles vivants tels danse, conte, poésie, musique…) à la préservation de l’environnement et à la participation des associations et populations.

Des ateliers, des formations, des résidences sont en cours depuis janvier 2009, plusieurs étapes sont prévues au cours de l’année pour créer « Tirhâl » quelques exemples :

Activités

En juillet, Madar a accueilli :

  • à Essaouira au sein de l’École Ibn Khaldoune :
    – deux résidences artistiques (temps de rencontres entre artistes) l’une pour créer un spectacle entre deux conteurs et une chorégraphe, la seconde pour créer des « instruments recyclés » par un musicien
    – une formation avec des jeunes, futurs médiateurs pour l’événement Tirhâl qui relieront le public aux expressions artistiques de l’événement
    – des jeunes d’associations locales ont filmé et photographié chaque étape de travail
  • à Casablanca  :
    – une résidence/formation art-web s’est déroulé entre un artiste-programmeur, un artiste-graphiste et une jeune future administratrice pour créer et administrer le site web Madar
    – un jeune caméraman d’une association locale

« Participons à un Maroc qui bouge »

Lieux

Rabat|Earth Day|, Bouznika, Essaouira, Casablanca

 

À consulter

 

 

 





Haut de page